lib

La Compagnie
Démarche artistique
Historique
Visages...

HISTORIQUE

Cie SCHPOUKI ROLLS

Crée en 1990 par Valérie GRANDMOUGIN et Gilles BINET, la compagnie propose un travail qui allie les arts du cirque, le théatre , la danse et les arts plastiques dans un contexte choisi : les Arts de la Rue

 

1992    CORPS CRISTAL
Prix Régional à la Création Artistique

Mariage des corps en errance, aériens et fragiles et d’une matière sculpture aussi douce que blessante : le verre . Accompagné d’une création musicale du compositeur et virtuose du Cristal Baschet , Michel DENEUVE , ce spectacle lance la compagnie en lui ouvrant les portes des festivals européens.

1994    MON CHER BEDO !...

Fantaisie exubérante colorée et ludique, pied de nez aux sinistroses, le spectacle affirme la recherche de la compagnie dans l’exploration des relations humaines.

 

1996    LES BANQUISTES

Recherche autour de l’univers des farces moyenageuses, un travail de comédie et de pantomine accompagne cette fois le travail gestuel et acrobatique; la relation de couple est au coeur du propos.

 

1998    MAIN CHAUDE
Acrobatie Dansée Urbaine.
Résolument communiquant , proche de chacun, engagé dans la réalité sociale de notre monde « Main Chaude » est un face à face de proximité. Le langage dansé s’affirme dans des chorégraphies où le « divertissant » n’a plus sa place, notre propos accepte de moins en moins de compromis, la compagnie prend de vrais risques.

2000    LA PORTEUSE D’EAU

Nous choisissons pour franchir le millénaire d’apporter artistiquement notre participation à une des grandes causes mondiales. Au 1er Janvier 2000 nous mettons en scène une nymphe cristalline porteuse de l’or de demain : l’Eau pure . Image en marge de nos préoccupations actuelles , mais image symbole de notre présence au monde .

 

2001 / 2002    FALLAIT QUE CA SORTE !...

Nous revenons plus que jamais aux thèmes qui nous sont chers. Enfants nous avons choisi , défiant les lois physiques et les morales sages, de vivre plus que les autres la tête en bas, profitant ainsi d’un point de vue privilégié sur le monde , ouvrant des perspectives plus larges. Acrobates grandissant, pour ne pas lacher la main de l’enfant qui vit en nous , nous choisissons d’oublier les certitudes et habitudes qui gouvernent tous nos modèles relationnels pour croire en d’autres possibles, pour continuer à rêver à inventer.

Les équilibres sont toujours fragiles, les sauts périlleux, les chemins hasardeux, mais qu’il est bon de se sentir ....vivants.